Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 09:29

L’évangile de ce dimanche nous met devant un paradoxe. Voici comment. Jésus avait été annoncé comme ‘’Emmanuel’’, ce qui veut dire ‘’Dieu-avec-nous’’ (Mt 1, 23). Raison pour laquelle il est venu chez nous, les hommes, en naissant de la vierge Marie.  Voie toute normale pour être humain. C’est encore pour être avec nous qu’il ressuscite, qu’il se révèle à ses disciples après sa résurrection. Avant son retour au Père, après avoir chargé les apôtres de la double mission d’annoncer l’évangile à la terre entière et de baptiser tout quiconque croirait à cette parole, il termine par cette promesse: ‘’Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde’’ (Mt 28, 20). Mais aujourd’hui, ses paroles sonnent comme un adieu, ‘’à-Dieu’’. ‘’Si vous aimez, dit-il, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera toujours avec vous : l’Esprit de vérité’’. S’agit-il tout simplement d’une présence, somme toute passagère ?

Que du contraire !

‘’Etre avec nous’’, ‘’un autre défenseur’’, la présence de Jésus au monde est manifestement tout le défi de notre foi. Cette présence que chacun de nous voudrait vraiment ressentir aux heures difficiles, quoique pas seulement. Comme un vrai ami, la présence de Jésus n’en serait que des  plus chaleureuses ; elle n’ennuierait sans doute personne, que je sache. Et précisément en ce temps de déconfinement, où tout commence à reprendre, on aimerait bien qu’il soit là pour toucher les cœurs, que sa présence soit plus évidente, qu’il dise quand même un mot... A la place, Jésus parle d’ ‘’un autre défenseur’’, l’Esprit saint. Une démission ou vaine promesse ? Contre quoi vient-il nous défendre, au juste, cet autre défenseur ? Que nous apporte-t-il ?

À ce compte, la mission de l’Esprit Saint est d’achever l’œuvre de Jésus : inscrire la présence de Dieu au plus profond de notre être, afin que nous devenions ‘’à-Dieu’’, c’est-à-dire ‘’consacrés’’.  Voici comment il agit concrètement.

1° Il est le consolateur. Il demeure avec nous, en nous. C'est le témoignage intérieur de l'Esprit, la vie éternelle comme expérience vécue, avant d'être réalisée dans l'avenir. Le Christ vivant n'abandonnera jamais les siens à la douleur (Jn 14, 18). Il veut être au fond de nous un signe d’espérance, cette espérance qui ne trompe point (Rm, 5, 1 – 3).

2° Il est l'Esprit de vérité qui conduit à la vérité. Il éclaire les cœurs de la lumière de Dieu. Il n’y a de vraie présence que celle ressentie avec le cœur, lieu d’accueil et de rencontre de l’autre. Quand un cœur est saisi, cela rejaillit forcément sur toute la personne, ses actions, ses relations. Voilà pourquoi Jésus conditionne le don de cet Esprit à l’accueil de son amour. Et quand il dure, cet amour, il devient fidélité, une fidélité à la parole reçue et donnée, fidélité aux commandements de Jésus.

3° Il est le défenseur qui vient au secours de notre faiblesse. Comme l'assistant qui se tient près d'un accusé et qui peut, suivant les besoins, encourager, conseiller ; il est là aussi pour nous défendre, inspirer au juge des sentiments de bienveillance. Le Paraclet est notre avocat auprès du Père. Il est en ce sens aussi celui qui imprime un dynamisme au témoignage de l’Église. Car, après tout, c’est lui touche les cœurs, appelle, convertit et envoie. Aussi chaque chrétien devient-il sacrement, signe et moyen,  par lesquels Dieu se rend présent au quotidien, parmi les hommes. Quel honneur et quelle responsabilité, tout à la fois !

 

Ambroise L.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires