Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 10:17

5è DIMANCHE DE PÂQUES

Actes des Apôtres 6, 1 – 7

Psaume 32 (33), 1 – 2, 4 – 5, 18 – 19

1ère Lettre de Pierre 2, 4 – 9

Évangile selon Saint Jean 14, 1 – 12

 

Méditation

 

Les trois lectures, proposées pour nourrir notre foi, nous offrent une trilogie essentielle à une vie chrétienne authentique. Trois verbes :  croire, agir et louer (prier)

1. Croire – La foi que nous professons est une communion d’amour avec le Père par le Fils dans l’Esprit saint.  Jésus dit : « Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie ; personne ne va au Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez le Père... ». Le verbe ‘’connaître’’ au sens hébraïque du terme signifie expérimenter, faire sa propre expérience d’une rencontre, tisser une amitié, s’apprivoiser. Comme le petit prince et le renard, il s’agit de ‘’tisser des liens’’, de devenir l’un pour l’autre ‘’unique au monde’’. Voilà pourquoi toute la Bible est une histoire de rencontre de l’homme avec Dieu. On le voit avec Abraham, Marie, Pierre, Marie Madeleine, Paul, etc. Et toujours se sont des rencontres qui transforment. Tous en sont devenus des ‘’fous de Dieu’’. ‘’Moi, je suis’’ par cette formule, non seulement Jésus nous révèle qu’il est Dieu (comme dans Ex 3, 14), mais aussi et surtout en sa personne nous rencontrons Dieu, cette rencontre nous révèle la vérité de notre être profond et la vie éternelle commence son œuvre en nous. Tel est l’acte de foi dont tout devrait partir. Sans lui, en intervenant dans le social, nous en resterions simplement à une philanthropie.

2 Agir –  Le livre des Actes des Apôtres nous montre une communauté au bord de la rupture à cause d’une frustration : dans la distribution de la nourriture, les veuves de langue hébraïque sont privilégiées au détriment de celles de langue grecque. La grâce du Saint Esprit et la clairvoyance de Pierre aidant, un nouveau ministère naît dans l’Église, le diaconat. Les diacres choisis ont pour charge de s’occuper du social au nom de leur foi. Les chrétiens ne peuvent pas être absents sur le terrain social. Par contre, ils n’y vont pas au nom d’une idéologie, philosophie ou coloration politique ; c’est plutôt au nom de l’amour de Dieu. En servant l’autre, qui est image de Dieu, ils servent le Seigneur lui-même. ‘’Chaque fois que l’avez fait à l’un des plus petits, c’est à moi que vous l’avez fait’’, dit Jésus. Cet engagement est un APOSTOLAT. Comme les Apôtres, le chrétien est un envoyé ; il agit au nom de Dieu. D’où, une vigilance s’impose : ‘’suis-je toujours conscient d’agir comme envoyé de Dieu auprès de l’autre ?’’ Les dangers de l’activisme, de la recherche de soi, de la condescendance ne sont pas chimériques. 

3. Louer – la pratique de sa foi – Saint Pierre a cette belle parole : ‘’Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle, pour devenir le sacerdoce saint et présenter des sacrifices spirituels, agréables à Dieu, par Jésus Christ’’. Comme chrétiens, notre vocation nous appelle à participer à une conscience spirituelle destinée à changer le monde, à préparer le peuple de paix, à accueillir le règne de Dieu. Pour cela, il s’agit de redécouvrir, comme le disait Charles Péguy, le sens de l’émerveillement. Bien plus que dire : ‘’Merci Seigneur pour...’’ aller à la louange : ‘’Loué sois-tu, Seigneur’’. Chaque chrétien est en quelque sorte un prêtre – le SACERDOCE COMMUN de tous les baptisés – qui, pour participer à la louange de Dieu, doit, tout en offrant les peines et les joies du monde, laisser son cœur être transformé par sa prière. Ce ‘’sacrifice spirituel’’ qui chante les merveilles de Dieu, c’est d’abord prendre conscience que la louange de Dieu est l’une des raisons pour lesquelles nous avons été créés (Isaïe 43, 21), ensuite, témoigner de la présence de Dieu au monde, afin que par notre façon d’agir les gens rencontrent Dieu et les autres. C’est le sens de cette invitation de l’auteur de l’épître aux hébreux 13, 15 : « Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c'est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. »  – Devenons donc un reflet de la louange à Dieu ; louons  Dieu par notre vie.

 

                                                                                                                                                                                                                   Ambroise LONGI

 


Parole & Evangile en lecture audio

Partager cet article

Repost0

commentaires