Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 09:59

Le 24 avril 2020 Vendredi de la 2e Semaine de Pâques( Jean 6,1-15)

L’évangile de ce jour relate un épisode bien connu de la vie de Jésus: la multiplication des pains. C’est sans doute l’un des miracles les plus connus, de par son résultat impressionnant : nourrir cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants !, à partir de cinq pains et deux poissons.

Ceci est le seul miracle que nous retrouvons dans les quatre évangiles. Cela signifie que c'est un événement exceptionnel, sa signification va bien plus loin de ce que des milliers de personnes ont été nourries de manière extraordinaire.

Dans ce passage de Jean, Jésus explique en détail ce que signifie ce signe ; l'évangéliste fait le lien entre ce miracle, la mission de Jésus et l’Eucharistie. Il utilise les mêmes verbes que nous retrouverons plus loin pour l'institution de l'Eucharistie : Jésus a pris le pain, a rendu grâce et l’a donné aux gens qui en mangèrent « autant qu’ils en voulaient. »

 

Mais qu’est-ce qui a permis ce ‘signe’, ce miracle? D’abord, bien entendu, l’amour, la tendresse, la miséricorde de Jésus vis-à-vis du peuple qui vient vers lui, qui croit en lui : C’est lui qui propose à Philippe d’acheter du pain pour qu’ils aient à manger. Jésus, Dieu, qui est toujours proche des gens, qui s’intéresse à eux, qui se préoccupe d’eux.

Ensuite, l’attention d’André qui a remarqué qu’un enfant avait un peu à manger. Puis la réaction de l’enfant qui accepte de donner son repas ‘pour le Maître’ sans qu’il sache ce qu’il va en faire …

Rien que des gestes d’attention, de bienveillance …Peut-être que si nous, nous avions davantage de geste de bienveillance, nous pourrions, nous aussi, faire que des miracles se produisent. … Dieu a besoin de nos gestes de partage pour réaliser de grandes choses.

C’est un petit enfant qui apporte ce qui permettra le miracle. Jésus veut que tous les hommes aient un cœur d’enfant pour entrer dans le Royaume des Cieux. Quand il dira : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. » (Jn 6,51), les juifs ont manifesté leur incompréhension et leur désaccord, alors que l’enfant a tout donné sans rechigner …

 

Aujourd’hui, ce qui retient notre attention, c’est le geste de l’enfant qui donne ses cinq pains et ses deux poissons. Les apôtres raisonnent selon la logique financière, « on n’a pas assez d’argent pour acheter »; lui l’enfant, sachant qu’il ne lui restera rien, n’hésite pas à donner tout ce qu’il a.

 

Combien de fois notre esprit d’adulte, cartésien, qui veut tout expliquer, tout connaître, nous éloigne de la compréhension de l’Évangile, nous éloigne de Dieu …, Seigneur, donne-nous un cœur d’enfant !

On est parti de presque rien : Cinq pains et deux poissons, et les gens ont eu suffisamment, et nous-même bénéficions du pain de vie, corps et sang de Jésus offert pour nous…

Souvent, on pense qu’on n’a pas grand-chose, qu’on a peu de moyens, qu’on fait peu …

Mais c’est parce que nous ne comptons que sur nous-même, parce que nous raisonnons en termes humains, … mais si nous mettons ce peu que nous avons entre les mains de Dieu, avec foi, alors ce peu pourra faire de grandes choses, et les exemples dans la vie des saints sont suffisamment nombreux pour que nous les suivions.

Encore faut-il faire le pas car « Rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1,37)

 

Jean (6, 1-15)

 

Parole & Evangile en lecture audio

 

« Il en distribua aux convives, autant qu’ils en voulaient »

En ce temps-là, Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée, le lac de Tibériade. Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait sur les malades. Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples. Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche. Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? » Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun reçoive un peu de pain. » Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! » Jésus dit : « Faites asseoir les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient. Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, pour que rien ne se perde. » Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge, restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.
À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. » Mais Jésus savait qu’ils allaient venir l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires