Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 14:13

Le 29 avril 2020, Mercredi de la 3ème semaine de Pâques(Jean 6,35-40)

 

Cet évangile poursuit l’enseignement de Jésus sur le pain de vie. Au début, Jésus reprend la question de la faim et de la soif des hommes. Certes, le manger et le boire sont nécessaires à toute vie.
 

Mais au-delà de cette exigence physique, avons-nous d’autres faims, d’autres soifs ? Je pense à la soif de bonheur, à la soif de reconnaissance, à la faim d’amitié, à la faim de trouver du sens à notre vie humaine.

Or ces faims et ces soifs nous travaillent et nous laissent bien souvent, comme on dit “sur notre faim”. Le Christ vient nous dire que nous pouvons trouver près de lui une réponse à cette faim, à cette soif. Comment ?

 

En donnant du sens à notre vie, en proposant un chemin de cohérence, en ouvrant notre vie sur l’infini de la vie divine, en apportant l’espérance d’un partage éternel avec cet amour qu’est Dieu lui-même.

Jésus nous dit ensuite qu’il ne rejette aucun de ceux que le Père lui donne, c’est-à-dire toute personne créée à l’image de Dieu. Ainsi, Jésus ne rejette personne : “Celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors”.

 

Quelle merveilleuse espérance nous donne cette parole de Jésus. Nous savons ainsi que, quelque soient nos échecs, nos lâchetés, nos égarements, nous avons toujours, grands ouverts, les bras aimants de notre Dieu comme le père dans la parabole du fils prodigue, accueillant son enfant sans condition.

Puis, Jésus explique tout cela en affirmant que c’est bien la volonté de son Père : “La volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés”. Dieu, notre Père ne veut qu’aucun de ses enfants ne soit perdu.

 

L’expression “être perdu” a plusieurs significations : on est perdu lorsque on ne sait plus retrouver son chemin. On est perdu plus fondamentalement quand on ne sait plus où on en est, quand tous les repères qui structuraient notre existence disparaissent l’un après l’autre.

 

On est perdu lorsque nous nous éloignons de ceux qui nous aiment. Or Jésus nous dit que Dieu notre Père veut que personne ne soit perdu. Toute la vie de Jésus a consisté à partir à la recherche de ceux qui sont perdus particulièrement les plus petits et les plus faibles. Jésus est ce bon berger qui part sans cesse à la recherche de son unique brebis égarée. À nous d’accepter de nous laisser retrouver en répondant par la confiance à la sollicitude de notre Dieu.

La finale de l’évangile donne un nom à ce que nous accueillons lorsque nous redécouvrons la présence aimante du Christ. Ce nom est “vie éternelle” ou encore “résurrection”. Ces mots recouvrent toute l’espérance chrétienne. Il s’agit d’être invité à participer à la vie qui fait naître la vie, à la vie qui transfigure le monde, à la vie de Dieu qui est l’amour même. Alors, oui, le Seigneur Jésus est vraiment un pain de vie.

 

Parole & Evangile Lecture Audio

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires